Voilà l’hiver qui approche, si ce n’est l’automne qui arrive tardivement avec son lot d’affections ORL (rhumes, sinusites,….).

Il existe en yoga un nettoyage qui permet de prévenir ces désagréments mais aussi de les soigner. Simple, naturel bien évidemment, ne demandant que quelques minutes.

Il s’agit de jala neti : un lavage de nez (mais bien plus !) avec un petit récipient, le lota.

La méthode consiste à laisser couler d’une narine dans l’autre, et alternativement, de l’eau salée (à doser) pour nettoyer en profondeur. Ce n’est pas juste un « pschitt » d’une solution d’eau de mer dans le nez, comme on nous le recommande si souvent comme solution de facilité.

Vous savez l’intérêt de bien respirer pour oxygéner correctement le corps physique, gagner en prana, diminuer le stress (cf article sur le pranayama).

Mais Jala neti apporte plus que cela, c’est un nettoyage d’un chakra important « ajna » qui est celui de la conscience, de la connaissance , de l’éveil. Ce chakra que l’on retrouve situé au point intersourcillier : bhrumadhya, ça vous dit quelque chose ? Et qui correspond (tiens , tiens!) à la racine du nez !

Questionnez vos professeurs pour qu’ils vous expliquent en détail la méthode.

Bonne pratique

*******************************************************************************************

Octobre 2022 : Pranayama

Septembre était sur les âsanas. Octobre évoque le

PRANAYAMA

Sur les huit étapes du yoga décrites dans les yoga-sutras de Patanjali, texte fondamental du yoga, le pranayama vient juste après les âsanas.

La première partie du mot sanscrit, « prana- » veut dire énergie de vie, souffle vital , inhérent à chaque être vivant. Nous naissons avec un quantum de prana que nous maintenons, diminuons ou augmentons à travers l’air que nous respirons, la nourriture que nous mangeons, les pensées que nous avons , les actions que nous réalisons et le style de vie que nous menons. Quand nous mourrons, le prana quitte notre corps physique.

La deuxième partie du mot peut être décomposée de deux manières : « -yama » traduit par contrôle ou « -ayama » qui signifie expansion.

La pratique du pranayama se sert du mouvement respiratoire pour augmenter notre quantum de prana.

Si donc la pratique passe par des exercices de « contrôle » de la respiration, nous comprenons aisément qu’elle puisse aider à l’ « expansion », dans le sens d’amplitude de la capacité respiratoire. Mais elle contribue aussi à l’ « expansion », dans le sens d’augmentation du prana, d’énergie.

Mais allons plus loin, le sutra II-49 des yoga-sutras dit : « L’âsana ayant été accomplie, le pranayama c’est la cessation du mouvement de l’inspir et de l’expir. »

Il faut comprendre que le pranayama n’est pas un acte respiratoire mais bien l’arrêt de la respiration, les rétentions du souffle. Alors le terme de « contrôle » prend tout son sens. L’inspir et l’expir ne deviennent que les moyens d’arriver aux rétentions.

**********************************************************************************************

SEPTEMBRE 2022 : Âsanas

En cette rentrée, il semble opportun de vous parler de ce qui fait la base de la pratique du hatha yoga proposé dans les cours, les âsanas.

Asana ?Mais qu’est ce qu’est exactement un âsana ?

La langue française n’a pas de terme adéquat pour traduire le mot sanskrit « âsana ». La définition souvent donnée est « attitude particulière du corps », alors que l’âsana ne se limite pas au corps physique.

La racine sanskrite du mot âsana est AS qui veut dire « être, habiter, exister » mais aussi « assise »

En somme : « être là », « attitude juste ».

Ramana Mahârshi disait : « L’âsana permet une assise ferme. Où et comment peut-on rester ferme ailleurs que dans son état véritable? C’est cela l’âsana véritable, demeurer dans le Soi »

L’âsana va bien au-delà du plan musculaire, il tient compte de tout l’être, le geste y est relié à la respiration, à une attitude mentale déterminée, avec une présence totale de la conscience.